Prix d’art chrétien 2002

La remise du Prix d’art chrétien 2002 s’est déroulée le dimanche 21 avril 2002 au Centre Boetendael à Uccle (Belgique).

Remise du Prix d’art chrétien 2002
Le cardinal Godfried Danneels déballe son cadeau au cours de la remise des prix

Allocution de Monsieur le cardinal Godfried Danneels à l’occasion de la remise du Prix d’art chrétien 2002

Mesdames, Messieurs,

Je veux être très court, mais je voudrais d’abord remercier Monsieur Pouillard et tous ceux qui ont collaboré avec lui à cette heureuse initiative, il y a déjà trente ans. Merci de vous consacrer à l’art et aux jeunes.
Ce que je vois d’important dans cette activité ? Il y a trois points :

Le premier point que je trouve intéressant, c’est que s’investir dans l’art est quelque chose de gratuit.
Il est important d’apprendre aux jeunes et aux moins jeunes d’ailleurs la gratuité parce que tout ce que nous faisons pour le moment, tout ce que les gens font est en général calculé. Il faut avoir de la rentabilité, de l’utilité, de la rationalité : il faut que cela rapporte. Or, l’art en général ne rapporte rien. Les artistes sont généralement pauvres et ceux qui font la gratuité sont de véritables artistes. Cela c’est la première chose.

Une deuxième chose, c’est que l’homme s’extériorise sur plusieurs domaines. Il peut parler par exemple, il peut aussi jouer, faire du théâtre. C’est assez facile à faire, mais essayer de maîtriser la matière : la terre, le fer, l’acier et l’important de la création est de continuer l’œuvre de Dieu. C’est plus difficile. Dieu a gagné un combat contre la matière et il a formé l’homme avec le limon de la terre. Il y a quelque chose de divin dans tout art et tout artiste s’engage dans un dur combat avec le feu, la terre, le fer et l’acier. Or, c’est important. Comme Jésus, Dieu a façonné le corps humain de la terre, pour le faire à lui et l’investir. L’artiste fait un peu la même chose, comme Jésus l’a fait : il s’incarne. Cela est la deuxième chose.

La troisième chose aussi importante, c’est que l’art est une merveille de la nature. Dieu a commencé par la Vérité et Dieu est la Vérité même. Je constate lorsque l’on parle avec des jeunes et que l’on dit "Dieu est la Vérité même",
nous avons tous la fameuse question de Pilate qui dit à Jésus : « Qu’est-ce que la Vérité ? » Je constate plusieurs fois déjà que lorsque l’on parle avec les jeunes ce n’est pas le chemin de la vérité qui est un bon chemin en soi.

Qu’est‑ce que cela veut dire ? Dieu est aussi le Dieu de bonté, de perfection, tout cela est vrai. Mais après un carême, les jeunes me disaient : « Dieu est aussi un Dieu de Beauté ». Tout ce qui est beau mène quelque part à Dieu, même quand on ne le sait pas. Un jour, on le saura et si on ne le sait pas pendant notre vie, on le saura dans la mort.
Et l’on dira : «Tiens, la beauté, c’est lui.» On sera peut-être surpris.

Merci !