L’abbatiale romane d’Orp‑le‑grand

Vers 750 meurt à Orp Alpaïde, seconde épouse de Pépin de Herstal et mère de Charles Martel. Un couvent de moniales l’avait accueillie. Vers 1150 le couvent fit entreprendre l’érection d’une église.
Œuvre construite sous l’impulsion des moniales, l’église devint une abbatiale.

L’église romane d’Orp‑le‑grand est avec la collégiale de Nivelles et les églises de Watermael et de Bertem une des plus anciennes églises romanes du Brabant et parmi les plus achevées de l’art roman.
Cette abbatiale du 12ème siècle de style roman mosan construite avec la pierre d’Orp de couleur ocre particulièrement lumineuse succède à trois constructions antérieures toutes également dédiées à Saint Martin sur le même site dont la plus ancienne remonte au 8ème siècle, époque de la fondation par sainte Adèle d’un monastère mérovingien qui deviendra un foyer d’évangélisation de la région.

Cet édifice d’origine monastique a connu de multiples modifications au cours des siècles.

L’avant‑corps massif d’inspiration rhénane (Westbau) qui marque l’entrée principale à l’ouest de l’église comportait à l’origine deux tours. Le bâtiment a déjà subi un premier incendie en 1356 dont nous ignorons les conséquences. Le second en 1674 entraîna la disparition de la tour sud située au-dessus du baptistère qui ne sera jamais reconstruite. Les deux portails extérieurs soutenus par de puissants contreforts datent quant à eux du 18ème siècle.
Enfin, le 13 mai 1940, un troisième incendie provoqué par les bombardements de la Seconde guerre mondiale détruisit le mobilier ancien.
Seuls les murs résistèrent et demeurèrent à peu près intacts.

Orp‑le‑grand

La nef centrale comporte six travées et est bordée par des bas-côtés. Un large transept est entouré d’absidioles et fermé par des arcades géminées en plein cintre. Le plafond plat est en bois. À l’étage se dresse une tribune. Les larges baies qui éclairent les bas côtés, le transept et le chœur ont été aménagées au 17ème siècle.

Le chœur forme une abside polygonale à trois côtés. Les vitraux modernes du chœur réalisés en 1961 sont l’œuvre du maître verrier Michel Martens.
Les nouvelles orgues installées en 2009 dans un buffet du 17ème siècle proviennent de la manufacture Thomas.

Du mobilier ancien ont subsisté la statue en bois de Sainte Adèle, datée du 16ème siècle, la châsse qui renferme les ossements de la sainte, deux médaillons en bois sculpté de Laurent Delvaux, un bénitier et des fonts baptismaux en pierre bleue des 16ème et 17ème siècles.

Orp‑le‑grand

L’intérieur de l’église est remarquable par le décor original des murs de la nef composé de piliers, pilastres et colonnettes, soulignant dans sa verticalité le rythme des arcades romanes tout en annonçant le gothique qui éclora au siècle suivant, à laquelle correspond sur les murs extérieurs une très belle décoration en arcature le long des murs gouttereaux.

L’église a été restaurée avec grand soin en 1958. À cette occasion sera rouverte une carrière abandonnée pour en extraire la pierre d’Orp, la même que celle utilisée par les bâtisseurs au 12ème siècle.
Lors des fouilles entreprises en vue de sa restauration a été redécouverte sous le chœur de l’église une crypte dont la tradition locale avait toujours affirmé l’existence. Elle est constituée de voûtes d’arêtes soutenues par six piliers cruciformes d’inspiration écossaise (style scott). Au pied de ces piliers primitifs, nous pouvons remarquer des impostes préromanes.

Orp‑le‑grand

La présence de cette crypte confirme l’importance historique depuis le moyen âge de cette église de loin visible et bien dégagée tout autour d’elle, surtout à son flanc nord, comme but d’un pèlerinage à Sainte Adèle invoquée jusqu’à nos jours pour les maladies des yeux le premier dimanche d’octobre.

Devenue aujourd’hui l’église décanale d’Orp‑le‑grand, l’église des Saints Martin et Adèle d’Orp‑le‑grand reste à travers les siècles et les épreuves traversées au cours de son histoire un témoin privilégié de la foi et de l’histoire de nos régions.

Orp‑le‑grand

L’église romane d’Orp‑le‑grand accueillera du samedi 21 avril au dimanche 29 avril 2018 le Prix d’art chrétien 2018.